Alors qu’il était revenu sur cette décision, le Rectorat vient de signifier par un simple mail à 22 AED (Assistant d’Education) que leur contrat ne seraient pas reconduits à la prochaine rentrée.

Décidément l’Education Nationale n’hésite jamais à agir avec le pire cynisme… Le Rectorat vient ainsi de notifier à 22 AED que leur contrat ne serait pas reconduit. La mission de ces collègues est d’encadrer des élèves, principalement dans des écoles jugées « défavorisées ». S’il est scandaleux que ces personnels soient seulement prévenu de la non-reconduction de leur emploi à une semaine de la sortie des classes, il est littéralement honteux pour l’administration de revenir sur la promesse, qu’elle avait faite il y a quelques semaines, de conserver ces postes à la prochaine rentrée. Une fois de plus, on a la démonstration par l’exemple du fonctionnement de l’administration selon ses propres diktats, au mépris de tout engagement.
Ces suppressions s’inscrivent dans le même cadre que celui des non-reconductions de postes d’EVS / AVS, ces contrats aidés qui, bien que remplissant de véritables tâches dans les établissements (travail administratif, accompagnement des élèves handicapés), ne profitent d’aucun statut et se voit massivement accompagnés… vers la porte ! Si de plus en plus de ces contrats-aidés s’organisent pour assigner l’Education Nationale aux Prud’hommes (de nombreux jugements ayant été favorables un peu partout en France), il reste à espérer que les AED et tous les collègues solidaires n’en resteront pas là et obtiendront la réintégration de ces collègues, tout en rappelant que ces postes correspondent à de véritables besoins devant déboucher sur des emplois stables.